Jean- Noël Jeanneney : LE RÉCIT NATIONAL

LE RÉCIT NATIONAL. Une querelle française
Jean- Noël Jeanneney
Fayard/France culture, 2017, 397 p., 19 €

Le recours dans les débats politiques et culturels à la référence d’un « récit national » ou d’un « roman national » intangible ne cesse d’être un objet de polémique depuis quelques années.
Fort de ce constat, J.-N. Jeanneney  qui anime l’émission Concordance des temps sur France Culture depuis des années, a trouvé bon de réunir et de publier une quinzaine de discussions qui se rapportent à des thèmes qui touchent à l’identité nationale et à sa construction.
L’ouvrage retranscrit donc les entretiens conduits avec des historiens, Mona Ozouf, Renè Rémond, Hervé Le Bras, Patrick Weil, Michèle Perrot, Michel Pastoureau, Sudhir Hazareesingh, Claire Andrieu,… sur des questions qui résonnent dans l’actualité. L’objectif de ces dialogues est de faire pièce à la fois à une complaisance envers un passé mythifié par comparaison à l’époque décadente que nous vivrions et, en même temps aux facilités qui voudraient que le passé ne soit qu’une suite de désastres ou de turpitudes. Ils permettent aussi de sortir de ces vues étriquées qui ramènent l’histoire de la France à ses strictes frontières hexagonales, l’Hexagone, autre mythe, alors qu’il n’y a d’histoire bien comprise de la France que « mondiale ».
Sur chacun des thèmes abordés, il n’y a aucune prétention à l’exhaustivité pas plus qu’à la prétention de dérouler un exposé académique. Le souci constant est de montrer (ou démontrer ?) que les faits historiques sont autant affaire de représentation - une représentation qui évolue dans le temps et selon les lieux - que de moments bien circonscrits du passé. Les historiens qui interviennent dans ces échanges et qui replacent tel ou tel événement dans son histoire longue, ont la commune conviction, arguments à l’appui, que leur lecture a toujours un rapport avec le temps présent, et que cela détermine l’interprétation qu’on en donne. Ainsi sur les origines de la France (et ça c’est une vraie querelle récurrente à multiples entrées), S. Venayre conclut que la question des origines de la France est éminemment politique et très peu historique… ce qui vaut aussi pour l’histoire de l’immigration, la conception de la nationalité, l’usage des trois couleurs, etc.
Ces entretiens sont assortis d’extraits de textes, remis dans leur contexte, de chansons, souvent bien savoureuses, rapportées à leur époque, qui d’une manière ou d’une autre disent aussi l’histoire ou du moins comment elle a été ou est comprise.
Compte-rendu de Dominique Viaux, paru dans la revue LibreSens n°233 de septembre-octobre 2017