Olivier Finet : ALBERT FINET ET LE JOURNAL RÉFORME

ALBERT FINET ET LE JOURNAL RÉFORME
Par respect pour la vérité
Olivier Finet
Préface d’Antoine Nouis
Ampelos (Engagés !), 2017, 118 p., 12 €

Pouvoir resituer Réforme, hebdomadaire protestant d’actualité, dans son contexte historique, est une chance pour ses lectrices et lecteurs qui s’y plongent depuis 72 ans. Le livre consacré à son co-fondateur, directeur pendant 25 années, Albert Finet, par l’un de ses six enfants, Olivier avec l’aide de la famille, est bienvenu.
Il commence par des pages familiales, plutôt documentaires. Il poursuit par l’aventure du journal, donc l’exigence d’un regard aigu sur l’actualité politique et sociale, biblique et économique, culturelle et spirituelle, éthique..., à travers la liste (bien sûr incomplète) des mémorables collaborations et de leurs contextes. Autour d’Albert Finet, comme pivot à forte personnalité, Réforme est devenu une sorte de boussole protestante. Elle n’impose rien, mais propose des perspectives qui nourrissent réflexions et débats (parfois enflammés) cherchant de la vérité : « ...nous ne prétendons jamais posséder la vérité... Mais que la vérité nous possède... qu’elle soit notre quête, notre espoir... »
Les pages qui reproduisent le numéro, seulement ronéoté, pendant les grèves et la crise de mai 1968, est un document éclairant. La liste des directeurs suivants est un complément utile : merci à eux.
Au plus proche de l’actualité, les plumes rassemblées par Albert Finet (puis ses successeurs) prennent le recul nécessaire, grâce notamment à l’influence de Karl Barth. On pense à sa perspective : lire à la fois la Bible et le journal ! D’où une réflexion et une action, ensemble libres et responsables.
La préface d’Antoine Nouis, lui-même ancien directeur et toujours acteur de Réforme, présente bien la richesse du labeur d’Albert Finet, « ...défi de confronter la parole de l’Évangile aux défis de l’actualité ! ... Il a été au cours de débats qui ont traversé cette époque : guerre froide, libération des femmes, divorce, contraception, avortement, nucléaire... (et bien d’autres : décolonisation, Europe...), cette volonté de fidélité à l’Évangile et à l’Église, une fidélité à la rencontre entre la Parole de Dieu et les paroles humaines. »
Cette fidélité ne peut qu’encourager la Rédaction actuelle de Réforme. Aux lectrices et lecteurs de manifester cette fidélité en créant leurs propres débats à partir de Réforme. Et en trouvant à leur tour de nouveaux abonnés !
Compte-rendu de François Coester, paru dans la revue LibreSens n°231 de mai-juin 2017