LE JOUR OÙ LUTHER A DIT NON
Anne Soupa
Salvator, 2017, 220 p., 20 €

Au milieu de l’abondante littérature concernant Luther, particulièrement fournie en ces temps de commémoration des 500 ans de la Réforme, ce livre a deux particularités. C’est un roman. Il touchera donc un public différent de celui des ouvrages strictement historiques ou théologiques. Il est écrit par une catholique, ancienne rédactrice en chef de la revue Biblia, cofondatrice du Comité de la jupe et de la Conférence catholique des baptisé-e-s francophones.
Ce roman raconte les rencontres capitales entre Martin Luther et le très important cardinal Cajetan à Augsbourg, en octobre 1518. Ce cardinal, intelligent et sincèrement très romain, a pour mission papale de faire renoncer Luther à ses critiques virulentes contre les indulgences. Nous assistons à la préparation des débats, aux trois rencontres chez les Fugger et aux suites immédiates du dialogue qui n’a pas pu avoir lieu. Nous assistons aussi aux difficiles échanges entre Jacob et Sybille Fugger chez qui ont lieu ces rencontres et qui sont d’avis très divergents. Lui soutient l’autorité papale et elle l’authenticité de Luther.
Le style narratif est agréable, l’auteure a bien étudié et les lieux et la situation générale de l’époque ainsi que les données que nous avons sur cet événement. Les convictions de Luther sont bien présentées. Peut-être ne sent-on pas totalement le soubassement existentiel de sa théologie, mais il ressort indirectement de l’expérience et des réflexions, sans doute imaginées, de Sybille Fugger. C’est bien qu’une femme ait une place notable dans ce roman !
L’auteure, qui a pris visiblement le parti de Martin Luther, termine par une postface qui lui permet de dire à quel point le débat d’alors est dépassé sur le fond, mais en partie actuel face aux blocages institutionnels. Elle espère que dans un certain temps « de schisme il n’y aura plus ». Ce sont ses derniers mots. Un livre donc à recommander très largement.

Compte-rendu d’Olivier Pigeaud, paru dans la revue LibreSens n°231 de mai-juin 2017