Henry Mottu : REINHOLD NIEBUHR

REINHOLD NIEBUHR. La lucidité politique d’un théologien américain

Henry Mottu 
Olivétan, 2017, 14 €

L’ouvrage témoigne de la conscience politique de Reinhold Niebuhr, théologien conséquent au sens aigu de la responsabilité à une époque où se préparaient les pires drames de l’Europe. Entre l’Anschluss hitlérien, la Shoah et Hiroshima, comment trouver des voies qui soient cohérente avec la foi chrétienne ? Fallait-il préconiser envers et contre tout, une attitude pacifiste, se persuader que l’Eglise n’avait pas son mot à dire sur le terrain politique et qu’elle devait se tourner vers le ciel. Beaucoup de chrétiens ont adopté cette attitude et  ont ainsi participé à la ruine de l’Europe. C’est tout à fait à ce propos que l’on trouvera en fin de volume sous le titre « la mort d’un martyr » un témoignage de Reinhold Niebuhr sur son élève Dietrich Bonhoeffer. Ce fut l’époque où Karl Barth, Martin Niemöller, Dietrich Bonhoeffer… s’efforçaient de retrouver le courage nécessaire pour faire face au désastre   Cet ouvrage qui se voudrait témoignage d’un temps d’épreuve extrême, pour nous devenue lointaine, trouve aujourd’hui l’encouragement à un esprit de résistance qui a tenté de sauver ce qui le pouvait encore. Roosevelt ne s’est pas résigné. En notre temps, Obama était aussi lecteur attentif de Reinhold Niebuhr. L’enthousiasme théologique de Reinhold Niebuhr était considérable, soutenu par la foi en le sens de la vie et  un optimisme qui ne cessait d’envisager des lendemains de reconstruction, de redécouverte de la sagesse perdue au-delà des pires dérives de l’histoire mondiale.
C’est aussi un témoignage au cours de ces années de détresse de l’engagement et de la concordance des attitudes et des paroles des théologiens protestants sans distinction de leurs cheminements propres. Reinhold Niebuhr, Dietrich Bonhoeffer dont les écrits  nous restent de solides sources de réflexion, Karl Barth et les circonstances de la déclaration de Barmen en Allemagne, Paul Tillich exilé aux Etats-Unis…
Un ouvrage à lire avec d’autant plus d’attention que nous traversons aujourd’hui de nouvelles zones de turbulences.  

Compte-rendu de Serge Guilmin, paru dans la revue LibreSens