Olivier Pigeaud : BIBLE ET SANTÉ

Bible et santÉ
Olivier Pigeaud
Olivétan, 2016, 116 p., 14

Olivier Pigeaud rassemble dans ce petit livre l'essentiel de ce que dit la Bible sur la question de la maladie. Il en présente, à l'aide de nombreuses références, les différents aspects : une nomenclature dans laquelle nous ne retrouvons pas toujours les correspondantes actuelles ; le ressenti des malades, leurs souffrances, leurs tristesses, mais aussi leurs espérances, leurs appels à l'aide. Il évoque l'entourage des malades dont les réactions sont souvent de rejet. Ne croit-on pas que la maladie est le fruit du péché ? De fait, certains passages montrent un Dieu qui menace de frapper, et parfois le fait. Une idée qui nous révulse et qui pourtant demeure : « Qu'ai-je fait au Bon Dieu pour attraper cette maladie ? », entendons-nous parfois.
Outre le livre de Job, deux parties de la Bible évoquent plus que d'autres la question des maladies : les Psaumes où abondent les plaintes de malades appelant Dieu à l'aide, et les hommages qu'ils lui rendent lorsque la guérison est intervenue. Et, bien sûr, les Évangiles et les Actes avec les récits de miracles, Jésus apparaissant à la fois thérapeute et prédicateur.
La fin du livre porte sur les données présentes du problème, lorsque les pouvoirs publics assurent l'essentiel des soins, ce qui, nous dit Pigeaud, ne saurait exclure l'intervention toujours nécessaire des initiatives privées et des associations rattachées aux Églises. Il ajoute, à ce propos, l'importance de la prière ; il rappelle le beau livre d'André Dumas, Cent prières possibles, avec ce début : « Mon Dieu, délivre-moi de ma maladie. »
J'apprécie sa conclusion : « Le rejet de la médecine est coupable, le mépris pour le corps dangereux… À l'inverse, la religion de la santé à tout prix est paralysante … Détachement et confiance sont nécessaires. » Une utile bibliographie se trouve à la fin, ainsi que deux annexes : l'une sur la Fondation John Bost, l'autre sur la Fondation des Diaconesses de Reuilly.
Compte-rendu de Jean-Claude Widmann, paru dans la revue LibreSens n°228 de novembre-décembre 2016