Henri de la Hougue, Saeid Jazari Mamoei : DIEU EST-IL L'AUTEUR DE LA BIBLE ET DU CORAN ?

Dieu est-il l'auteur de la Bible et du Coran ?
Henri de la Hougue, Saeid Jazari Mamoei
Salvator, 2016, 219 p,. 20 €

Ce livre est l'œuvre conjointe d'un prêtre catholique et d'un religieux chiite, décidés à confronter christianisme et islam. Sont-ils vraiment inconciliables ? Cette recherche, ils la mènent ensemble et de façon méthodique. D'abord sont présentés, de façon résumée, leurs contenus doctrinaux. Ensuite sont examinés tour à tour ce que les chrétiens reprochent aux musulmans et ces derniers aux chrétiens, pour finir sur les points d'accord.
Que résulte-t-il de cet examen ? Tout d'abord d'évidents désaccords. Si la Bible est, pour les chrétiens, écrit d'hommes, il est vrai inspirés par le Saint Esprit, ce qui laisse une liberté au lecteur, le Coran est, lui, « Parole de Dieu » absolument infaillible et donc incontestable. D'autre part, si l'islam reconnaît Jésus, c'est en tant que simple homme, « prophète » à l'égal d'Abraham ou de Moïse. Mais, justement parce que prophète, il est inconcevable qu'il ait pu être crucifié. D'ailleurs, Mahomet lui-même est prophète, il est vrai « le dernier ». La révélation qu'il apporte est définitive. La divinité de Jésus est niée parce qu'elle porterait atteinte à l'unicité absolue de Dieu. La Trinité est inconcevable. Le christianisme, à l'inverse, affirme cette divinité, soutient l'importance de la crucifixion et de la Résurrection. On pourrait dire, pour aller à l'essentiel, qu'en islam l'absolu c'est le Coran, en christianisme c'est Jésus Christ.
Un regard sur l'histoire montre que si, dans les temps anciens, la méfiance, voire l'hostilité déclarée (les Croisades), ont primé, les théologiens postérieurs ont, de leur côté, mis de l'eau dans leur vin. On ne parle évidemment pas ici des diatribes contemporaines que propagent fondamentalistes et islamistes, mais on prend en considération quelques faits essentiels. Les musulmans ne peuvent qu'être ouverts sur le judaïsme et sur le christianisme à cause de la place considérable des personnages et des faits bibliques dans le Coran, interprétés sans doute de façons différentes mais présents. Ils admettent en général que le Coran ne remplace pas la révélation biblique mais la complète. Côté chrétien, l’Église catholique affirme que l'Esprit de Dieu apporte ses bienfaits bien au-delà des seuls baptisés, qu'elle-même n'a de sens qu'ouverte sur les gens du dehors, que, de toute façon, on ne jugera pas les musulmans sur des dogmes mais sur leurs œuvres bonnes. Reste l'essentiel : par delà la querelle sur la Trinité, chrétiens et musulmans se reconnaissent attachés au même « Dieu unique ». La conclusion est qu'il n'est pas question d'entreprendre agressivement de convertir l'autre à notre religion, mais de le respecter et, pourquoi pas, de l'aimer.
Compte-rendu de Jean-Claude Widmann paru dans la revue LibreSens n°227 de septembre-octobre 2016