Jean-Paul Kauffmann : OUTRE-TERRE

Jean-Paul Kauffmann
OUTRE-TERRE. Le voyage à Eylau
Équateurs, 2016, 332 p., 21,90 €

Comment rendre compte en quelques lignes de ce brillant ouvrage ? L’Outre-Terre, c’est cette province russe de Kaliningrad, séparée maintenant de la Russie par les états baltes. C’est là qu’est né et qu’a vécu Kant ! C’est là qu’eut lieu la bataille d’Eylau, qui même à l’échelle napoléonienne fut une boucherie, bataille que les Russes et les Français prétendent tous les deux avoir gagnée, et qui au fond préfigurait déjà Waterloo.
À l’occasion du 200e anniversaire de cette bataille, et imprégné du livre de Balzac Le Colonel Chabert (laissé pour mort à Eylau lors de la charge de Murat et qui réapparait neuf ans après en France), Jean-Paul Kauffmann se rend sur place, en février 2007, avec sa femme et ses deux enfants. Nous vivons alors un mélange de récit historique remarquablement documenté et d’anecdotes qui font réfléchir sur l’absence et les revenants (l’auteur a lui-même été otage pendant trois ans au Liban, et il se livre en partie, avec retenue et pudeur, dans cette réflexion), un livre sur le désastre... et en définitive le bonheur d’être vivant !
Cette bataille, dont Napoléon n’aimait guère se souvenir, a quand même donné lieu à un concours de peintres. Le baron Gros le remporta et l’auteur analyse longuement son grand et triste tableau (actuellement au Louvre) ainsi que d’autres œuvres que le livre reproduit.
Remarquable ouvrage qui n’est pas seulement une histoire in situ de cette bataille napoléonienne, mais, bien plus que cela, un récit qui fait réfléchir à la famille perdue et retrouvée, à la difficulté de reprendre sa place après une absence aussi longue et aussi absolue, livre qui se lit d’une traite !

Compte-rendu d’Yves Gounelle, paru dans la revue LibreSens n°226 de juillet-août 2016