Serge Lafitte : CHIITES ET SUNNITES

CHIITES ET SUNNITES
Serge Lafitte 
Presses de la Renaissance, 2015, 124 p., 13 €

« Un ouvrage clair et accessible » comme l’annonce la quatrième de couverture. Cependant le lecteur fera bien de noter à mesure de son avance l’arborescence qui résulte d’une histoire où se trouvent en conflit, dès les premiers pas de l’Islâm, les prétendants au pouvoir initié par Mohammed, puis les nombreuses sectes résultant de l’absence d’unanimité dans l’élection des imams successifs.
Le livre offre un parcours clair de l’Islâm traversé autant par des motifs théologiques que politiques. Par conséquent il faut admettre à tout moment le déploiement de conflits d’ordre politique (qui sera le prochain calife ? Quels territoires revendiquer ?) ou religieux et moral (la théologie, la charia, la succession des imams chiites).
Alî, qui fut recueilli par Mohammed est regardé, face aux traditionnalistes ( la Sunna) comme le leader de la shî’ah-î Alî (le parti d’Alî) ce que nous appelons chiisme. En fait, nous avons bien affaire avec plusieurs expressions de l’islam : le sunnisme que nous connaissons le mieux (proximité du Maghreb) et le chiisme dont la culture reste marquée par l’Orient, le manichéisme, le zoroastrisme…La culture antérieure reste assumée et ses effets, en plus des rivalités du moment, aboutit à une fragmentation de ce que les sunnites voudraient tenir en une seule tonalité. Ainsi pourra-t-on reconnaître parmi les chiites, les duodécimains (religion officielle de l’Iran), les ismaéliens, les zaydites, les qarmates, les druzes, les nizarites, les kharijites…
 Le sunnisme estime qu’avant Mohammed il n’y avait qu’ignorance et incroyance (d’où les destructions aujourd’hui de sites archéologiques par les djihadistes). Tandis que le chiisme garde mémoire de ce qui a précédé l’islam. Les imams ont tous été des auteurs considérables, que nous dirions peut-être néoplatoniciens ou marqués par une théosophie présente dans les œuvres de Sohravardi. Serge Laffite montre que malgré ces divergences culturelles profondes l’islam se veut unique configuration religieuse enracinée dans le Coran. Cependant aujourd’hui plus que jamais les divergences s’aggravent d’autant plus que les épisodes répressifs contre les Frères Musulmans par Nasser ont accentué parmi les sunnites un extrémisme qui bénéficie du soutien idéologique des wahhabites d’Arabie Saoudite et d’une configuration géopolitique qui traverse les siècles. Les poètes du soufisme, les intellectuels et tout musulman qui rêve de liberté et de démocratie engagent de nos jours une très longue marche. Cet excellent ouvrage parvient à faire mieux considérer l’espace musulman en pleine mutation, la rareté des dialogues, une économie et une culture sans partage.
Compte-rendu de Serge Guilmin, paru dans la revue LibreSens n°225 de mai-juin 2016